Guide pour un nid en béton cellulaire

Guide d'élevage

Guide de création d'un nid en béton cellulaire

 

 

Lorsque l’on débute, la solution la moins chère et la plus simple semble souvent être le plâtre.

 

Mais celui-ci, s’il n’est pas résiné, aura tendance à se désagréger et moisir. Ainsi il laisse la porte ouverte à toutes les évasions puisque c’est un matériau que nos petites protégées foreuses arriveront sans souci à creuser.

 

Par conséquent, pour remplacer le plâtre résiné, on peut opter pour d’autres solutions. Il est notamment possible d’utiliser du béton cellulaire blindé, ou alors simplement acheter des nids à des boutiques ou à des particuliers.

 

hffbu
hffbu

 

Le béton cellulaire est très pratique car :

– Il est peu onéreux et peut être creusé facilement pour en faire ce que l’on veut.

– On peut ensuite y appliquer un blindage pour empêcher les fourmis de creuser à leur tour et il peut correspondre à tous nos projets/espèces selon la façon dont le nid est organisé.

– L’humidification se fera soit (comme dans l’exemple suivant) via des puits creusés, soit via des mèches d’humidification sculptées qui tremperont dans des réservoirs d’eau.

– Les autres alternatives existent bien sûr mais plus coûteuses ou plus spécifiques.

– Pour ces raisons, nous ne verrons que la méthode pour le béton cellulaire. Par la suite, le guide sera amélioré avec la méthode pour la pierre reconstituée et peut-être bois et impression 3D.

– Pour vous expliquer la création d’un nid, rien ne vaut une explication pas à pas avec toutes les étapes nécessaires à la réalisation.

 

Pour commencer, voici la liste du matériel nécessaire :

– Béton cellulaire

– Plexiglas ou acrylique

– Scie à main ou électrique

– Scie sauteuse, à ruban, circulaire

– Limes, ciseaux à bois, tournevis

– Silicone

– Mortier colle

hffbu

  Puis le matériel optionnel pour un rendu plus travaillé :

 

– Outil rotatif type Dremel
– Embouts à poncer/défoncer pour Dremel

– Papier de verre

– Mètre/règle

– Équerre

– Pinceaux

– Vinaigre blanc

– Pigments/colorants

– Limes

– Crayon

– Verre

 

Avec tout ce matériel en main, nous allons voir étape par étape comment avoir ce type de nid et bien d’autres à l’aide de votre imagination.
 
Avant de commencer :

La pré-étape est de se renseigner sur les besoins de l’espèce que l’on veut y installer. Une fois que vous savez précisément ce que vous allez faire, vous pouvez commencer. Pour ce guide par exemple, le nid réalisé sera adapté pour des espèces de taille moyenne et petite et ayant des besoins d’humidité de 30 à 60 % selon la fréquence d’humidification ou bien sec si vous n’humidifiez jamais.

 

Damien

1ère étape : Coupe du béton cellulaire

Maintenant que vous savez précisément ce que vous allez faire, la première étape est donc la découpe du béton cellulaire pour avoir notre bloc prêt à être travaillé.

Pour ceci, il vous faudra mesurer la bonne taille de nid puis tracer vos découpes au crayon en s’aidant d’une équerre/règle.

 

Pour cette étape, n’utilisez pas de scie sauteuse puisque la lame a de fortes chances d’être trop petite et de se plier et ainsi créer une coupe courbée ou casser le bloc. 

 

 

 

Avant de découper faites très attention à la casse, le béton cellulaire est fragile donc s’il tombe de la table à la fin de la découpe, le bloc risque fortement de se briser.

 

Pour éviter cela, placez un sac ou un drap plié sous l’endroit où vous couperez pour que la chute soit grandement amortie. Une fois que votre installation est faite, vous n’avez qu’à couper !

 

 

2ème étape : Création des galeries

Maintenant que vous avez votre bloc de béton cellulaire, il est possible qu’un ou plusieurs angles ne soit pas parfaitement droit donc n’hésitez pas à vérifier avec votre équerre et rectifier à la lime.

 

 

 

Pour commencer cette deuxième étape, vous pouvez optionnellement créer un creux qui servira à y accueillir la vitre pour un aspect plus propre en laissant un rebord de 2 à 5 millimètres sur les côtés. Attention, lors de cette étape un support à défonceuse est nécessaire si vous souhaitez éviter les soucis lors du placement de la vitre à cause d’un potentiel écart de niveau indésirable. Pour ceci, munissez-vous d’une Dremel ainsi que d’un embout à poncer ou défoncer et d’un support à défonceuse. Réglez le support pour creuser de l’épaisseur de votre vitre (ici 2mm) et pensez à faire un cadre au crayon pour savoir précisément où vous arrêter. Une fois que tout ceci est respecté, mettez vos lunettes et creusez. Cette étape est optionnelle car il est tout à fait possible de coller la vitre simplement au-dessus du béton cellulaire.

 

Maintenant, il est grand temps de passer à l’étape la plus importante et créative : la création des galeries. Pour commencer, vous devez savoir que la largeur ainsi que la hauteur des galeries dépendra de la taille de votre espèce et donc de ses besoins. Réfléchissez aussi au cas où vous voudriez faire une aire de chasse intégrée au nid. Si c’est le cas, séparez votre nid en deux d’un trait pour vous garder une partie à creuser pour l’aire de chasse et l’autre pour les galeries.

Avant de commencer à creuser, nous vous recommandons fortement de faire des tracés afin d’éviter une mauvaise surprise à cause d’un manque d’organisation. Pour cela, il faudra procéder par étape :

– Passez un coup de pinceau sec pour retirer les poussières empêchant l’adhérence du crayon

– Tracez un cadre d’environ 5mm sur les bords pour garder de la place pour le silicone

– Délimitez les différentes parties (aire de chasse, réserve d’eau et galeries)
– Dessinez vos galeries, réserve d’eau, aire de chasse, etc
– Tracez vos raccords, ceux-ci pourront être modifiés plus tard puisque ce sera la dernière étape.

 

Ensuite, il faut creuser. Nous vous conseillons de commencer par les galeries puis la réserve d’eau, l’aire de chasse et enfin les raccords. Pensez bien à porter des lunettes de protection pour éviter les éclats dans les yeux. Il est possible de porter un masque et des gants afin de limiter la gène produit par la poussière volatile.

3ème étape : Les finitions

Avant de passer au blindage qui scellera notre travail, il est important de rajouter les détails et surtout le trou de raccord.

Le raccord :

Pour cela il faut simplement percer un trou depuis une des galeries ou l’aire de chasse jusqu’à l’extérieur du nid (Dremel, perceuse ou manuellement à la lime). Les outils électriques ont tendance à « s’emballer » et provoquer de la casse. Pour cela, utilisez de préférence une lime avec un bout pointu ou en triangle et tourner pour creuser. Une fois le trou assez grand, passez une lime ronde pour avoir le diamètre parfait. Le but est que le tube de raccord soit difficile à rentrer mais qu’il passe quand même pour être bien hermétique.

Les détails :

Libre à vous de personnalisé l’exterieur du nid selon vos goûts en traçant des formes tel que des briques ou bien arrondir les angles afin de donner un semblant naturel au nid.
N’hésitez pas à passer un coup de lime dans les galeries et adc pour un rendu plus propre en cas de petites imperfections à la dremel.

 

4ème étape : la vitre

Sans vitre, vos nids ne servent absolument à rien. Pour maximiser la transparence, vous pouvez prendre du verre non teinté et non fumé si vous savez découper du verre ou vous pouvez aussi acheter des petits cadres adaptés à la taille de votre nid pour l’utiliser sans découper.

Vous pouvez aussi opter pour la méthode du verre synthétique (acrylique, plexiglass, etc) pour faire des découpes plus simplement et pouvoir y découper un autre rectangle à l’intérieur pour laisser un accès dans l’air de chasse.


La première étape est évidemment de reporter vos mesures. Pour cela positionnez bien à plat votre verre ou plastique et reportez les dimensions dessus à main levée ou à la règle selon ce qui vous semble être le plus simple.

 

 Ensuite, passez à la découpe. Cela dépendra de vos matériaux. Si vous utilisez du verre, faites simplement la méthode classique en rayant votre verre au coupe-verre. Pour les plastiques, un outil électrique bien adapté comme une scie à ruban ou une dremel avec un disque (Attention la friction chauffe et peux rendre le plastique mou).
Comme au début, pensez à arranger votre installation pour éviter la casse en tombant au sol.

Ensuite, votre vitre ne passera pas forcément dans l’encastrement prévu. Vous pouvez donc poncer un petit peu le béton cellulaire et/ou la vitre jusqu’à ce qu’elle passe parfaitement.

 

Ensuite, pensez évidemment à découper l’aire de chasse et percer les trous des réserves d’humidification si ces dernières sont sous la vitre.

5ème étape : le blindage
Pour cette étape, mélangez votre mortier colle à de l’eau en proportion de 50/50 environ et ajoutez des pigments comme de l’ocre, si vous préférez la couleur, prenez des colorants naturels et sans risque chimique. Ensuite il suffit de l’appliquer au pinceau ou au doigt sur toutes les surfaces. Vous pouvez aussi n’en mettre que dans les galeries. En cas d’évasion dans le béton cellulaire, la couche extérieure empêchera les fourmis de s’échapper. Le seul endroit qui ne dois pas être blinder est la zone d’humidification afin de laisser l’eau s’infiltrer plus efficacement.

Pour l’esthétique, selon vos goûts, et pour l’observation vous pouvez colorer seulement les parties extérieures et laisser l’intérieur des galeries tel quel, mais aussi les peindre en blanc ou toute autre couleur mettant en valeur vos fourmis.

Maintenant que votre vitre est prête et que vous avez bien laissé sécher le mortier colle, il est grand temps de fixer la vitre. Pour cela, il existe plusieurs méthodes. Pour n’en citer que quelques-unes mais les plus communes, vous pouvez insérer des aimants dans le béton cellulaire et d’autres sur la vitre, attention il faut des aimants assez gros. Vous pouvez aussi classiquement mettre du silicone (pour aquarium de préférence).

6ème étape : les détails

Maintenant que le nid est presque fini, il est temps de passer aux détails.

En plus du motif que vous avez pu faire précédemment, l’ajout de petits patins sous le nid rehaussera un petit peu le nid (plus esthétique selon les goûts), évitera de rayer le support et limitera une partie des vibrations pour nos protégées.

Autrement, vous pouvez signer votre nid, y marquer le nom de votre espèce ou y ajouter d’autres petits détails dans le but de sublimer votre nid.


Prévention et déménagement :

Attention, la création d’un nid peut vous exposer à plusieurs dangers et il est fortement recommandé de vous protéger :

– Portez un masque lors de la découpe du verre et pendant que vous creusez le béton cellulaire pour éviter les poussières de béton, très mauvaises pour le système respiratoire à long terme, et les poussières de verre, encore plus dangereuses pour les poumons.
– Portez des gants de protection pour protéger vos mains des coupures et des morceaux de plastique fondus propulsés à toute vitesse par la dremel.

– Portez aussi des lunettes de protection, elles sont indispensables, afin d’éviter des éclats de béton, de plastique ou de verre dans les yeux.

Après avoir terminé votre nid, vous voudrez probablement déménager vos fourmis rapidement dedans. Ne soyez pas impatient ! Les vapeurs de silicone peuvent tuer vos fourmis. Pour éviter cela, laissez sécher au moins 48h pour du silicone d’aquarium et au moins une semaine pour du silicone classique.
Si vous avez bien laissé sécher assez longtemps, vous pouvez utiliser les méthodes classiques de déménagement que vous trouverez ici Comment faire déménager une colonie de fourmis ? [Tube et nid] – Antariums.

Sources et crédits :

– hffbu : Guide et photos

– Damien : photos

Laisser un commentaire